IYAMWAMBA

IYAMWAMBA un feuilleton radiophonique (théâtre en séries) visant à contribuer à promouvoir la bonne gouvernance locale et la démocratie. Produit et réalisé  par l’Association HUGUKA avec le financement de l’Union européenne. IYAMWAMBA est une théâtre en série de 20 munites,  diffusé en synergie aux quatre (4) radios communautaires Isangano (basé à Karongi, province de l’Ouest), Ishingiro (basé à Gicumbi, province du Sud), Izuba (basé à Ngoma, province de l’Est) et Huguka (basé à Muhanga, et couvrant la ville de Kigali et la province du Sud), chaque lundi de 19H00 à 19H20.

 

L’histoire dans le théâtre IYAMWAMBA (du nom du pilier central d’une maison traditionnelle rwandaise, image reflet de l’importance de la bonne gouvernance et la démocratie au développement durable) se déroule dans un endroit fictif nommé  GASANO. Gasano est un endroit étendu de la taille d’un District du Rwanda, avec une population variée. Il est à cheval sur la campagne et la ville. Il est donc composé d’une campagne clairsemée de centres commerciaux où les hommes ont l’habitude de se rencontrer pour causer au tour d’un verre ainsi que d’une ville carrefour de beaucoup d’activités. En général le développement de Gasano va très vite même s’il n’y a pas que des roses. En effet le programme de « la chance pour tous » (concept qui renvoie aux programmes entrepris dans le cadre de la réduction de la pauvreté : GIRINKA, VUP,..) n’est pas bien géré ici ou là ; il y a des cas de corruption et de mauvaise gestion des biens publics; le manque d’implication de la population dans le processus de prise de décisions les concernant ou dans l’élaboration des contrats de performance ; le non respect du genre, etc. Mais malgré tout, les habitants de Gasano ne perdent pas courage. Ils sont confiants en leurs capacités à prendre en main leur destin et  ils rêvent d’un développement durable dans un avenir proche. 

 

Dans ce feuilleton radiophonique IYAMWAMBA, nous suivons d’une part l’histoire de Monsieur NYIRISUMBA, autorité élue de Gasano. Parmi ses proches collaborateurs (trices) il y a son adjointe BARAKAGWIRA, ainsi que RUHONGORE, secrétaire. Nyirisumba se décrit comme quelqu’un qui n’est pas enclin à appliquer les principes de la bonne gouvernance. Cette attitude mécontente les collaborateurs (trices) qui ne manquent pas lui donner des conseils   même s’il n’e suit que très peu. Il traine les pieds en ce qui est de rendre des comptes à la population. Dans l’évolution de l’histoire, les collaborateurs de Nyirisumba  ne voudront plus rester indifférents. Les citoyens  aussi, de son coté, en ont  assez avec les comportement de leur élu et décident de prendre les choses en mains. D’autre part, nous suivons l’histoire de la famille de MAGEZA et MUKABURABYO avec leurs deux enfants : un garçon du nom de KABATSI ainsi qu’une fille du nom de FRANCISCA. Au début, Mageza est un type rigide et pour lui le respect du genre ne signifie rien. Les conseils de ses amis ne le changent en rien. Sa femme et sa fille font l’objet de divers types d’actes de violence basée sur le genre, mais elles ne se découragent pas. Mageza en arrive au point de vouloir inculquer ses comportements à son fils, Kabatsi. Seulement Kabatsi n’apprécie pas le mauvais modèle et  soutient plutôt sa mère et sa sœur. En plus, il s’arme de courage pour dire à son père qu’il le désapprouve. Au cours du développement de l’histoire, Kabatsi jouera un grand rôle dans le changement de son père. Au fur et à mesure que Mageza changera, il pourra se rendre compte de bonnes occasions de développement du foyer ratées suite à son ancienne attitude. Les enfants de Mageza et Mukaburabyo vont, solidairement avec la jeunesse de Gasano, à la tête le nommé Rubibi, véhiculer le message (destiné à la jeunesse) d’avoir toujours un objectif positif dans la vie.

Par ailleurs, dans la complémentarité avec d’autres trames, l’histoire de la famille Mageza-Mukaburabyo, servira de tremplin d’implication des femmes, des jeunes et des citoyens en géneral dans la planification et exécution des différents programmes de développement communautaires. L’importance du rôle de la jeunesse et des femmes dans la participation citoyenne y est  soulignée aussi. A travers Mukaburabyo, femme opprimée, puis jouissant de ses droits ultérieurement, les femmes sauront que tout peut changer. Cliquez ici pour écouter les différents épisodes de IYAMWAMBA (version Kinyarwanda).

PhotosActivites: